L’acné : QU’EST-CE QUE C’EST???

L’acné est une maladie de la peau caractérisée par l’éruption de boutons rouges, de points noirs et de kystes. Elle touche le plus souvent le visage et le thorax, mais aussi le dos, le torse voire le cuir chevelu.

L’acné est le reflet de réactions qui ont lieu dans les glandes sébacées. Logées dans la peau, ces glandes produisent le sébum, une substance lubrifiante. S’il manque de sébum, la peau sera sèche et facilement gercée. S’il y en a trop, la peau deviendra plus grasse et acnéique. En effet, l’excès de sébum obstrue le conduit des glandes sébacées. Cela facilite la prolifération de bactéries normalement présentes dans la peau : les bactéries Propionibacterium acnes, responsables d’inflammation . Lorsque le follicule bouché se dilate trop, cela provoque des lésions rétentionnelles (points noirs et microkystes).

Les symptômes de l’acné se traitent plutôt bien chez l’adolescent. Ils sont parfois plus difficiles à guérir chez l’adulte.

Qui est touché?

Dans les pays occidentaux, l’acné est très fréquente chez les adolescents : on estime que de 80 % à 90 % d’entre eux en sont atteints à un moment ou à un autre. Les garçons sont plus touchés que les filles. 10 % à 20 % d’entre eux consultent un médecin pour cette raison. Dans la majorité des cas, l’acné disparaît vers l’âge de 20 ou 30 ans, mais il arrive qu’elle persiste, on parle alors d’acné tardive.

Causes

L’acné est d’origine multifactorielle. Voici des éléments qui peuvent contribuer à son apparition.

  • La poussée hormonale à la puberté. Au moment de la puberté, quel que soit le sexe, les hormones sexuelles augmentent; surtout les hormones androgènes (qui provoquent l’apparition de caractères sexuels masculins). Sous l’effet de cette poussée, les glandes sébacées produisent plus de sébum. Cette augmentation de la production de sébum crée un terrain propice à la multiplication des bactéries Propionibacterium acnes qui s’en nourrissent ;
  • Les fluctuations hormonales chez la femme. Certaines femmes voient des boutons d’acné apparaître de 2 à 7 jours avant d’avoir leurs menstruations. La contraception peut aussi avoir un rôle positif ou négatif : les femmes qui commencent à prendre certainespilules contraceptives contenant notamment des progestatifs potentiellement acnéigènes de type gestodene, desogestrel, norgestrel, levonorgestrel, norgestrienone, norethisterone, lynestrenol… peuvent voir leur acné s’accentuerou, au contraire, l’arrêt de la contraception (pour un désir de grossesse par exemple) peut elle aussi être pourvoyeuse d’acné. La grossesse et la ménopause peuvent aussi en être responsables ;
  • Un trouble du fonctionnement des ovaires ou des glandes surrénales. Il arrive que l’acné de la femme puisse être attribuée à une dysfonction des ovaires ou des glandes surrénales, mais cela est exceptionnel.

D’autres facteurs peuvent causer l’acné ou en aggraver les symptômes…

Mythes

  • Contrairement à certaines idées qui circulent, l’acné n’est pas causée par une mauvaise hygiène de la peau, ni par une grande activité sexuelle ;
  • L’alimentation n’est pas considérée comme une cause d’acné. Cependant, dans certains cas, l’acné peut être aggravée par un ou plusieurs aliments spécifiques. L’association entre les poussées d’acné et la consommation de lait est faible, selon les études.

Complications possibles

Les lésions plus profondes (kystes) peuvent laisser des cicatrices. Il faut absolument éviter de percer les lésions, car cela peut entretenir l’acné et risque davantage de créer des cicatrices.

La présence prolongée de nombreux boutons ou de lésions sur le visage et sur le corps peut nuire à l’image et l’estime de soi, surtout chez les adolescents. Il peut accroître le stress dans les relations sociales. Il est souvent possible d’améliorer l’apparence de la peau avec des soins quotidiens, le temps que l’acné s’atténue ou disparaisse.

Les symptômes de l’acné

Le visage, le cou et le thorax sont les régions où on trouve le plus de glandes sébacées. C’est pourquoi l’acné s’y concentre.

  •           Des comédons ouverts ou points noirs : une tête noire apparaît parce que le mélange sébum-cellules de peau change de couleur en entrant en contact avec l’air ;
  • Des comédons fermés : se présentent sous la forme de boutons blancs. Ils sont causés par l’encombrement et la dilatation de follicules pileux en raison de l’excès de sébum ;
  • Des papules : il s’agit de boutons rouges. La rougeur indique une inflammation. Ils peuvent être sensibles au toucher ;
  • Des pustules : il s’agit de lésions contenant du pus. Elles peuvent être rouges à leur base et sensibles au toucher. Elles se forment lorsque l’obstruction du follicule entraîne une accumulation de bactéries ;
  • Des nodules : ces lésions sont plus grosses, plus profondes et plus douloureuses au toucher que les pustules. Elles sont dures au toucher ;
  • Des kystes : comme les nodules, ils sont douloureux et situés profondément sous la peau. Ils contiennent toutefois des sécrétions fluides (du pus).

Les personnes et facteurs de risque de l’acné

Personnes à risque

  • Les adolescents. Les garçons sont plus touchés que les filles ;
  • Les personnes dont les parents ont souffert d’acné ;
  • Les personnes qui doivent prendre certains médicaments, comme la cortisone, le lithium, l’isoniazide (un médicament antituberculeux) ;
  • Les travailleurs exposés à certains produits chimiques bouchant les pores de la peau : par exemple, les produits et sous-produits du pétrole et du goudron et les composés aromatiques halogénés comme les chloronaphtalènes et les biphényles polychlorés ;
  • Les employés qui travaillent dans des cuisines où il y a des cuves remplies d’huile à friture.

 

Facteurs de risque

  • Tout ce qui peut irriter la peau, comme le frottement de vêtements trop serrés ou d’un équipement sportif (casque ou sac à dos, par exemple) ;
  • Une exposition directe et répétée de la peau à des produits gras ou huileux, bloquant les pores, comme certains cosmétiques gras ;
  • Bien que toutes les sources ne s’entendent pas sur ce point, plusieurs considèrent que le stress peut être un facteur aggravant ;
  • Une transpiration abondante ;
  • La prise de certains médicaments ou de stéroïdes anabolisants (substances augmentant la masse musculaire et diminuant la masse graisseuse) ;
  • Une exposition à des produits chimiques au travail, comme les composés chlorés, l’huile de machinerie industrielle et le goudron.

La prévention de l’acné

Mesures pour prévenir l’aggravation

Hygiène de la peau

  • Nettoyer délicatement les parties atteintes 2 fois par jour avec un savon ou un nettoyant doux et non parfumé. Se laver trop souvent ou se frotter trop fort risque d’irriter la peau et de causer de minuscules lésions dans lesquelles les bactéries se logent ;
  • Dans certains cas, le soleil aggrave l’acné. De plus, de nombreux produits utilisés pour traiter l’acné peuvent rendre la peau plus sensible aux coups de soleil. Dans ce cas, il ne faut pas s’exposer aux rayons solaires. Si on n’a pas le choix, il faut privilégier une crème solaire non comédogène, c’est-à-dire qui ne contribue pas à la formation de comédons ;
  • Ne pas toucher, gratter, pincer ni percer les lésions. Ces manipulations peuvent entraîner l’apparition de cicatrices ou de taches brunes sur la peau.

Rasage

  • Se raser seulement quand c’est nécessaire ;
  • Tester le rasoir à main et le rasoir électrique pour vérifier lequel irrite moins la peau;
  • Si on utilise un rasoir à main, changer souvent les lames pour éviter qu’une lame émoussée irrite la peau ;
  • Assouplir sa barbe avec de l’eau et du savon doux avant d’appliquer de la crème à raser ;
  • Ne pas utiliser de lotion après-rasage contenant de l’alcool.

Maquillage

  • Éviter les fonds de teint épais et les produits cosmétiques à base d’huile. Privilégier les produits cosmétiques non comédogènes et à base d’eau ;
  • Se démaquiller avant de se coucher ;
  • Jeter les contenants de produits de beauté périmés ;
  • Nettoyer régulièrement les pinceaux ou applicateurs à cosmétiques.

Hygiène du corps

  • Prendre une douche après avoir fait un gros effort physique, car le mélange sueur-sébum peut contribuer à piéger les bactéries dans les pores de la peau ;
  • Lorsqu’on a les cheveux gras, les laver souvent ;
  • Porter des vêtements amples pour réduire la transpiration, qui peut irriter la peau.

Divers

  • Éviter les équipements sportifs très ajustés, comme les casques et les sacs à dos, qui peuvent irriter la peau ;
  • Faire attention à ce qui est en contact prolongé avec la peau du visage : éviter d’appuyer longuement son visage sur ses mains. Éviter aussi les coupes qui font tomber les cheveux sur le visage ;
  • Si on a tendance à avoir de l’acné, éviter les milieux de travail qui exposent la peau à des polluants ou à des huiles industrielles.

Les traitements médicaux de l’acné

En général, l’acné juvénile se traite très bien. Malheureusement, l’acné adulte peut être plus difficile à soigner. Cela dit, tous les traitements exigent de la persévérance, car plusieurs semaines, voire plusieurs mois, peuvent passer avant d’observer des résultats. Si les lésions d’acné sont si lentes à guérir, cela s’explique en partie par le fait qu’elles prennent aussi du temps à se former : au moins 8 semaines.

Acné légère (comédons et papules)

Traitements appliqués sur la peau

Ils se présentent sous différentes formes : gels, lotions, crèmes, savons, etc. Les crèmes sont hydratantes et constituent un bon choix quand on a la peau sèche ou sensible. Les solutions ou les gels à base d’alcool sont plus indiqués dans le cas des personnes à la peau très grasse ou vivant dans un endroit chaud et humide.

  • Peroxyde de benzoyle. Il combat la multiplication des bactéries Propionibacterium acnes et dessèche la peau, ce qui diminue l’inflammation dans les follicules. En France on peut citer Brevoxyl ® Cutacnyl ® Eclaran ® Effacne ® Pannogel ® Panoxyl ® … ;
  • Acide salicylique (de 0,5 % à 2 %). Il favorise l’élimination des cellules cutanées mortes. Cela réduit l’obstruction des follicules et contribue à prévenir la formation de comédons ;
  • Soufre et résorcinol. Ces substances sont souvent combinées dans les produits qui combattent l’acné. Toutes deux réduisent la production de sébum. La résorcine favorise l’élimination des cellules cutanées mortes. Les produits combinés vendus sans ordonnance contiennent de 3 % à 8 % de soufre et 2 % de résorcinol.

Note. Pour assurer l’efficacité du traitement, ces produits doivent être utilisés régulièrement pendant plusieurs semaines. Au début, une irritation de la peau peut apparaître; elle peut amener à limiter le nombre d’applications par semaine.

Acné de modérée à grave (avec inflammation)

Lorsque les traitements précédents ne sont pas suffisants, le recours aux médicaments sur ordonnance devient nécessaire. Le médecin prescrit parfois un produit médicamenteux à appliquer sur la peau et un autre à prendre par voie orale.

Traitements appliqués sur la peau

  • Rétinoïdes (dérivés de la vitamine A). La trétinoïne (Effederm ® Ketrel ® Locacid ® Retacnyl ®…), ou l’adapalène (Differine ®) agissent plus sur la composante rétentionnelle de l’acné (points noirs, microkystes) et favorisent le renouvellement des cellules de la peau. Ils débouchent les follicules pileux, permettant au traitement antibiotique topique d’y entrer et de combattre les bactéries qui s’y sont accumulées ;
  • Antibiotiques. Ils arrêtent ou ralentissent la prolifération des bactéries, notamment dePropionibacterium acnes et diminuent l’inflammation. Ils sont sous forme de lotion, de crème ou de gel. Les plus courants sont à base de clindamycine (Dalacine T Topic ®, Zindacline ®…) ou d’érythromycine ( Eryacne ® Eryfluid ® Erythrogel ®  …). Le médecin peut prescrire un produit contenant à la fois du peroxyde de benzoyle et un antibiotique, comme l’érythromycine.

Traitement par voie orale

  • Antibiotiques. Les plus couramment utilisés sont la lymécycline et la doxycycline (Doxy ® Granudoxy ® Spanor ® Tolexine ® Tetralysal ® Vibramycine ® …) ;
  • Traitement hormonal. Les pilules anticonceptionnelles qui contiennent peu d’oestrogène et certains progestatifs tels la cyprotérone (Androcur ®, Pilules Diane ®, Holgyeme ®…), le drospérinone (Jasmine ®, Jasminelle ®, Yaz ®…) ou le norgestimate (Tricilest ®, Trafemi ®…) peuvent améliorer un peu l’acné ;
  • Isotrétinoïne (Contracne ®, Curacne ®, Procuta ®…). Ce dérivé de la vitamine A est prescrit seulement dans les cas les plus rebelles d’acné inflammatoire avec kystes. Il agit en réduisant de façon marquée la taille des glandes sébacées, ce qui diminue la production de sébum. Il doit être pris sous surveillance médicale étroite en raison de ses effets indésirables, nombreux et dangereux.

Traitements spéciaux

Le médecin peut pratiquer diverses interventions en clinique.

  • Incision des comédons et des lésions pour les vider ;
  • Injection d’un médicament anti-inflammatoire (corticostéroïdes) dans les nodules et dans cicatrices kystiques pour accélérer leur guérison.

Cicatrices

Le traitement des cicatrices relève d’un suivi médical. Différentes techniques sont utilisées :  dermabrasion, microdermabrasion, rayons laser, rayons lumineux pulsés et chirurgie locale

L’opinion d’un médecin sur l’acné

Dans le cadre de sa démarche de qualité, onvous propose de découvrir l’opinion d’un professionnel de la santé. Le Dr Jacques Allard, médecin généraliste, vous donne son avis sur l’acné :

Si vous êtes adolescent et que vous souffrez d’acné, n’endurez pas cette situation en pensant qu’elle est inévitable. Dans presque tous les cas, même si l’acné n’est pas complètement guérie, elle peut être grandement diminuée.

Si votre acné est légère, vous pouvez très bien trouver les traitements appropriés en vente libre à la pharmacie. Soyez patients et persévérants, car les résultats peuvent prendre du temps à venir. Surtout, laissez vos boutons tranquilles et évitez de les triturer, ce qui préviendra les cicatrices.

À ceux qui souffrent d’une acné plus grave avec inflammation, je recommande fortement de consulter un médecin. Ce dernier pourra certainement vous prescrire un traitement adapté et efficace. Vous vous sentirez mieux, à tous les points de vue.

 

Dr Jacques Allard, M.D., FCMFC

 

Les approches complémentaires de l’acné

Zinc. Plusieurs études menées au cours des années 1970 et 1980 indiquent que la prise de suppléments de zinc peut améliorer l’apparence de l’acné. Plus récemment, au cours d’une étude comparative à double insu avec placebo portant sur 33 sujets, le gluconate de zinc (une dose équivalant à 30 mg de zinc élémentaire par jour) pris durant 3 mois a réduit de 75 % le nombre de lésions chez 31 % des sujets. L’antibiotique oral (la minocycline dans ce cas) a cependant été nettement plus efficace en réduisant le nombre de lésions chez 63,4 % des participants.
Dosage
Prendre 30 mg de zinc élémentaire par jour sous forme de gluconate.

Efficacité incertaine Huile essentielle de melaleuca (Melaleuca alternifolia). L’huile essentielle de melaleuca a un effet antibactérien in vitro. Deux essais cliniques suggèrent qu’elle aide à réduire le nombre de lésions d’acné. Dans l’un de ces essais, un gel contenant 5 % d’huile essentielle de melaleuca a eu une efficacité comparable à celle d’une lotion renfermant 5 % de peroxyde de benzoyle. Les effets du melaleuca ont été plus longs à se manifester, mais l’huile essentielle a entraîné moins d’effets indésirables que le traitement au peroxyde.

Usage reconnu Avoine (paille) (Avena sativa). La Commission E reconnaît les bains à l’avoine (psn) dans le traitement des maladies de peau causées par une activité excessive des glandes sébacées. Ces bains pourraient être utiles en cas d’acné au dos, à la poitrine ou aux avant-bras. On utilise la paille, c’est-à-dire les parties aériennes séchées de la plante.
Dosage
Préparer une infusion de 100 g de paille d’avoine dans 1 litre d’eau bouillante et verser dans l’eau du bain.

Usage reconnu Levure de bière. La levure de bière est un champignon microscopique de typeSaccharomyces. La Commission E approuve l’usage de suppléments de levure de bière inactivedans le traitement des formes chroniques d’acné. Les suppléments contiennent naturellement de grandes quantités de vitamines du complexe B.
Dosage
Prendre 2 g, 3 fois par jour, en mangeant.

Usage reconnu Probiotiques. La Commission E allemande a aussi autorisé l’usage de la levure de bière active (aussi appelée levure « vivante ») Saccharomyces boulardii comme traitement adjuvant pour certaines formes chroniques d’acné.
Dosage
Consulter notre fiche Probiotiques.

Usage traditionnel Bardane. Se fondant sur un usage traditionnel, plusieurs auteurs recommandent l’usage de plantes dépuratives, comme la bardane, pour soigner l’acné. Ces plantes, généralement amères, stimulent le foie et facilitent l’élimination des toxines et des déchets par l’organisme. Les effets dépuratifs de la bardane sont bien connus.
Dosage
Prendre de 1 g à 2 g de poudre de racine séchée, en capsule, 3 fois par jour. On peut aussi faire bouillir à petit feu de 1 g à 2 g de poudre séchée par 250 ml d’eau. Boire une tasse 3 fois par jour et appliquer sous forme de compresses sur les parties atteintes.

Approches à considérer Pharmacopée chinoise. Le Dr Andrew Weil recommande de consulter un praticien de Médecine traditionnelle chinoise, car il existe plusieurs remèdes traditionnels à base de plantes contre l’acné. Ils se présentent sous forme de préparations à appliquer sur la peau ou à prendre par la bouche. L’un d’eux est le Fang Feng Tong Shen.

Approches à considérer Approches alimentaires. Le rôle de l’alimentation dans l’apparition de l’acné est très controversé. Les naturopathes et les nutritionnistes proposent parfois des changements à l’alimentation dans l’espoir d’atténuer les symptômes. Ils peuvent, par exemple, recommander de réduire la consommation des aliments riches en sel, en gras ou en gras trans, qui sont souvent des aliments de type fast-food. Parallèlement, ils peuvent proposer de manger plus d’aliments riches en oméga-3 (poissons gras, graines de lin, noix, etc.), qui sont des gras qui peuvent réduire l’inflammation.

 

Depuis quelques années, des chercheurs ont commencé à établir un lien entre unealimentation riche en produits raffinés et l’acné. Les produits raffinés ont un index glycémique élevé, c’est-à-dire qu’ils font augmenter rapidement le taux de sucre dans le sang, ce qui accroît la production d’insuline. Ce taux élevé d’insuline entraînerait une cascade de réactions contribuant à l’apparition de l’acné : plus d’insuline = plus d’hormones androgènes = plus de sébum.

 

 

Un essai de 12 semaines a permis de constater que la consommation d’aliments à faible index glycémique réduit les symptômes d’acné par rapport à un menu composé d’aliments à index glycémique élevé. Ces données préliminaires restent cependant à être confirmées.

 

 

Références

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu’un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Bibliographie

Acné : ne mangez pas n’importe quoi!, Doctissimo. [Consulté le 29 mars 2011] www.doctissimo.fr
American Academy of Dermatology. Plublic Center- Acne. AAD. [Consulté le 29 mars 2011] www.aad.org
Ask DrWeil, Polaris Health (Ed). Condition care guide – Acne Treatments, DrWeil.com. [Consulté le 29 mars 2011]. www.drweil.com
Ask DrWeil, Polaris Health (Ed). Aggravated by Adult Acne?, DrWeil.com. [Consulté le 29 mars 2011]. www.drweil.com
Ask DrWeil, Polaris Health (Ed). Removing Acne Scars [Consulté le 29 mars 2011] www.drweil.com
Blumenthal M, Goldberg A, Brinckmann J (Ed). Expanded Commission E Monographs, American Botanical Council, publié en collaboration avec Integrative Medicine Communications, États-Unis, 2000.
Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail. Maladies et lésions – Acné. [Consulté le 29 mars 2011] www.cchst.ca
Collège des médecins de famille du Canada. Programmes, Éducation des patients – Acné à l’adolescence – Pour mieux la contrôler. Le Collège des médecins de famille du Canada. [Consulté le 29 mars 2011]. www.cfpc.ca
Fiche de renseignements sur Diane®35 destinée aux patientes, Associsation canadienne de dermatologie. www.dermatology.ca [Consulté le 29 mars 2011]
Mayo Foundation for Medical Education and Research (Ed). Diseases & Conditions – Acne,MayoClinic.com. [Consulté le 29 mars 2011]. www.mayoclinic.com
National Library of Medicine (Ed). PubMed, NCBI. [Consulté 29 mars 2011]. www.ncbi.nlm.nih.gov
Natural Standard (Ed). Medical Conditions ou Foods, Herbs & Supplements – Nom de la fiche,Nature Medicine Quality Standards. [Consulté le 29 mars 2011]. www.naturalstandard.com
Pizzorno JE Jr, Murray Michael T (Ed). Textbook of Natural Medicine, Churchill Livingstone, États-Unis, 2006.
The Natural Pharmacist (Ed). Natural Products Encyclopedia, Conditions – Acne,ConsumerLab.com. [Consulté le 29 mars 2011]. www.consumerlab.com
Woodward I. Adolescent acne: A Stepwise Approach do Management, Medscape, WebMD [Consulté le 29 mars 2011] www.medscape.com

Notes

3. Dreno B, Moyse D, et al. Multicenter randomized comparative double-blind controlled clinical trial of the safety and efficacy of zinc gluconate versus minocycline hydrochloride in the treatment of inflammatory acne vulgaris.Dermatology 2001;203(2):135-40.
4. Bassett IB, Pannowitz DL, Barnetson RS. A comparative study of tea-tree oil versus benzoyl peroxide in the treatment of acne. Med J Aust.1990 Oct 15;153(8):455-8.
5. Enshaieh S, Jooya A, et al. The efficacy of 5% topical tea tree oil gel in mild to moderate acne vulgaris: a randomized, double-blind placebo-controlled study. Indian J Dermatol Venereol Leprol. 2007 Jan-Feb;73(1):22-5. Texte intégral : http://www.ijdvl.com
7. Blumenthal M, Goldberg A, Brinckmann J (Ed). Expanded Commission E Monographs, American Botanical Council, publié en collaboration avec Integrative Medicine Communications, États-Unis, 2000, page 281.
8. Blumenthal M, Goldberg A, Brinckmann J (Ed). Expanded Commission E Monographs, American Botanical Council, publié en collaboration avec Integrative Medicine Communications, États-Unis, 2000, page 425.
9. Ask DrWeil, Polaris Health (Ed). Aggravated by Adult Acne?, DrWeil.com. [Consulté le 29 mars 2011]. www.drweil.com
10. Magin P, Pond D, et al. A systematic review of the evidence for myths and misconceptions in acne management: diet, face-washing and sunlight. Fam Pract. 2005 Feb;22(1):62-70. Review. Texte intégral : http://fampra.oxfordjournals.org
11. Cordain L, Lindeberg S, et al. Acne vulgaris: a disease of Western civilization. Arch Dermatol. 2002 Dec;138(12):1584-90.
12. Cordain L. Implications for the role of diet in acne. Semin Cutan Med Surg. 2005 Jun;24(2):84-91. Review.
13. Acné : ne mangez pas n’importe quoi!, Doctissimo. [Consulté le 29 mars 2011] www.doctissimo.fr
14. Smith RN, Mann NJ, et al. A low-glycemic-load diet improves symptoms in acne vulgaris patients: a randomized controlled trial.Am J Clin Nutr. 2007 Jul;86(1):107-15.

 

http://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=acne_pm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *